Ce mois-ci j’avais envie de me pencher un peu sérieusement sur ma garde robe d’hiver.
Après avoir fait les soldes et passé les premiers contentements dû à l’adrénaline,
je n’ai pu que constater avec désespoir que j’avais encore acheté n’importe quoi !
Des dizaines de pièces dans mon dressing sans vraiment de cohérence ni de style…
2 nouveaux manteaux, deux sacs… et finalement ce matin,
j’ai enfilé ma vieille veste et mis mon sempiternel fourre-tout en bandoulière !

Parce que les vieux trucs dans lesquels on se sent bien, c’est encore ce qu’il y a de mieux pour affronter le monde extérieur.

Mais quand même, je voudrais essayer de mettre en cohérence mon style vestimentaire et mes passions.

Je veux avoir du style, et m’inspirer du 18e siècle (Je me demande bien pourquoi !).

Mais comment s’habiller avec un style aussi particulier sans passer dans le village pour excentrique, folklorique ou pire, déguisée ?

J’ai donc fait un petit brainstorming sur Pinterest avec le cahier des charges suivant :

Comment s’inspirer du 18e siècle pour m’habiller aujourd’hui en restant simple,
authentique, confortable et… élégante bien sûr ?

Je vous livre ici mes conclusions.

Commençons par le simple et authentique.
Pas question en effet d’être froufroutante ou fleurie comme une marquise !

C’est donc à travers les matières et les couleurs que j’oriente mes premières recherches.

Les matières

Au 18e siècle, c’est facile, les matières sont naturelles, lin, laine, coton et pour l’élégance la soie.
C’est parfait, écologique et confortable.
Je laisse de coté les peaux et fourrures, plus vraiment d’actualité
(sauf à réutiliser des fourrures anciennes ou des fausses fourrures colorées mais bon, pas trop mon truc).

Les couleurs

Si les habits de cour étaient extravagants, colorés, fleuris, brodés, emplumés ;
les petites gens avaient une façons de se vêtir qui me semble bien plus intéressante.
Les couleurs sont généralement unies et sobres, discrètes car teintées avec des pigments naturels et bon marché (je vous en reparle dans un prochain billet).
Çela me convient parfaitement !

Maintenant, les pièces de la garde robe

Pour se tenir chaud l’hiver, le meilleur moyen est de superposer 
(très à la mode aujourd’hui dans plein de domaines pourvu qu’on le prononce en anglais ! mais je m’y refuse).
Plus intéressant que le gros pull, les empilement de couches fines permettent de « s’éplucher » en fonctions des températures et des lieux.
Un tee-shirt, un petit lainage fin, un gilet, une veste et un pardessus…

En premier sur le corps on enfile généralement d’abord un tee-shirt (à message !) ;
je lui préfère la chemise fine en lin ou en coton – inspirée de l’unique sous-vêtement des femmes jusqu’au 19e siècle – tellement agréable, légèrement ample pour laisser respirer le corps et rend plus confortable le vêtement de dessus.


Elle n’est guère en vogue aujourd’hui mais de conception très simple, je pense donc pouvoir en coudre 2 ou 3 dont une avec des manches très longues qui dépasseront joliment du pull, pour le style.

Le mouchoir de cou

Voilà un truc parfaitement démodé, ringard, disparu !
Mais imaginons un petit foulard de fin linon ou de soie à porter dans l’échancrure d’un pull en V pour réchauffer joliment le cou…

Tellement raffiné !

 

La grande jupe longue

Elle revient enfin à la mode et ça, c’est une bonne nouvelle !
Ample et fluide, confortable, on peut la porter avec presque n’importe quoi (bon, il vaut mieux être un peu mince quand même !)

Elle tient chaud car elle laisse circuler l’air et puis on peux planquer une bonne paire de bas de laine en dessous !

La petite veste cintrée (avec une basque pour le charme).
En velours ou à carreaux, portée sur une une chemise blanche, peut-être même avec un rien de dentelle… à bien doser pour ne pas avoir l’air trop…

Un tricot rustique, qui tient bien chaud, ceinturé de cuir naturel.

Ou un cache cœur, une pointe de laine en guise d’écharpe pour sortir dehors, rustique mais aussi raffiné si il est en cachemire et de couleur pastel.

Bon, le caleçon de laine, je ne suis pas sûr !

La cape ou le capuchon en guise de manteau, ça fait envie, cela semble confortable mais … peut être pas facile à porter au quotidien. À voir…

Par contre le manchon de fourrure (vieille fourrure recyclée ou fausse fourrure colorée), le grand châle de laine, les manches, mitaines et gants (indispensables !) ça sera top.

Ah, j’oubliais, une petite note de toile de Jouy, de velours et de dentelle pour les jours de fête!

(collections Dior et Dolce & Gabbana pour la veste)

Voilà de quoi se construire un petit style sympa, pas si à-côté-de-la-mode-d’aujourd’hui que cela.

Alors, vous en pensez quoi de ma mode inspirée du 18e siècle ?

Et vous, qu’est-ce qui vous inspire pour trouver votre style ?

À très vite…

George

Cet article vous a plu ?
Vous pouvez vous inscrire à un.dimanche.à.la.campagne
juste ici

 

5 Replies to “Un style hivernal inspiré d’hier…”

  1. toujours le même plaisir à vous lire, tout y est: la douceur, l’élégance, la touche d’humour! C’est certain ma journée commence bien après cette lecture!

    1. Merci Nathalie de votre commentaire toujours aussi gentil. Votre constance me touche et me donne envie d’écrire. Grâce à vous, pour moi aussi la journée commence bien ! Très belle journée –
      George

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *