.
Saison 1/épisode 1
.
Moi qui, il y a quelques jours encore, ne cessais de dire :
– Je n’ai pas le temps !
Je n’ai pas le temps ! Pas le temps d’écrire, pas le temps de trier mon ordi ou ma garde robe ; pas le temps de commenter sur Instagram, pas le temps de me lancer dans ce projet qui me tient tellement à cœur.
Du temps j’en avais pour rien.
Pourtant, j’ai lu des blogs et des tutos pour m’organiser, pour gagner, économiser, rentabiliser ce fameux temps et continuer d’années en années à courir après lui sans succès.
Je crois que vous savez de quoi je parle !…
.

C’était il y a juste quelques jours.

.

Et soudain, le monde a basculé.
Plus de clients, plus de travail…
Dans le silence absolu de la rue ou personne ne passe, du téléphone qui ne sonne pas, je suis là dans ma petite maison avec devant moi du temps, tout le temps, trop de temps.
Alors je crois que c’est enfin le bon moment pour me mettre au travail !
Plus aucune de mes vieilles excuses ne fonctionne, plus personne ne me dérange.
Il reste devant moi les heures longues et calmes tellement désirées et par hasard arrivées.
Serai-je capable de les mettre à profit ? de transformer une catastrophe annoncée en tremplin, en énergie ?
Travailler, construire, avancer, mettre en œuvre et être prête pour le jour ou pour le jour ou tout cela ne sera plus qu’un mauvais souvenir, je pourrai prendre ce fameux nouveau départ.
Je veux le croire.
.
Un mois entier, peut-être deux pour faire que ce projet qui traine dans mes rêves et dans ma tête depuis tant d’années, devienne réalité.
.
Quelle chance ! quelle opportunité, quel challenge 

Jamais je n’aurai osé espérer un tel « cadeau ».

Alors à ce coup du sort, ce coup du destin, je vais dire oui et me mettre au travail.
 À toi George d’entrer en scène & de jouer le rôle de ta vie !
Mais comme je me connais bien, il est possible que dès demain, je dise : à quoi bon !
Alors je prends ce pari de tenir un journal de bord sur mon blog… pour partager cette aventure.
Peut-être me rejoindrez-vous ? et vous me direz :
Vous, qu’allez-vous faire de ces heures ?

[Laisser moi vos idées sur la question dans les commentaires]

.

Jour 1

J’ai marché ce matin jusqu’à midi, il faisait grand soleil.
Après, j’ai mis ma petite table devant la fenêtre ouverte, posé dessus un grand pot de tulipes jaunes.
J’ai enfilé mon grand pantalon japonais si confortable, fait du thé et sorti un cahier tout neuf.

À partir de maintenant, je vais tout noter.

.

Sur la première page, j’ai écrit :

MON PROJET : CRÉER, ÉDITER & VENDRE UNE COLLECTION DE PAPETERIE INTIMISTE & LITTÉRAIRE POUR LES FEMMES QUI ÉCRIVENT

J’ai mis longtemps, des semaines, avant d’arriver à formuler cette phrase qui résume & exprime parfaitement le projet.

Aussi j’ai dû travailler beaucoup à mon concept ; brainstorming, listes, recherches… jusqu’à me dire, ok, demain tu trouves ta phrase !
La phrase est venue, sans effort, le lendemain.

.

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément.

Nicolas Boileau

.

.

La page deux reste vide, la page deux reste toujours vide (Manuel de mise en page).

Sur la page 3, pour me motiver, j’ai collé mon horoscope (je n’y crois pas du tout) trouvé dans « Elle » et qui commence par ces mots :

.

Un évènement planétaire important arrive avec le printemps
.
Je pense que la voyante n’imaginait pas que cela prendrait la forme d’un virus mortel !! mais bon, elle est forte !

J’en arrive à la page 4 ou je vais lister dans le désordre , en vrac, sans réfléchir, tout ce qui concerne mon projet, comme on vide un tiroir encombré sur le tapis. Après, je trierai…

.

Voilà pour aujourd’hui,… J’ai une conférence en ligne ce soir pour parler communication, si c’est bien, je vous en parle…

Portez-vous bien,

George

Vous voulez vous abonner au blog et recevoir la newsletter « Carnet de campagne« , c’est juste en dessous

6 Replies to “Les heures longues”

  1. Chère George,
    Merci pour ces quelques lignes. Aujourd’hui pour moi, c’était couture avec la remise en état d’une jolie chemise de nuit en chanvre, les manches à refaire et le plaisir de broder mes initiales. Le tout au soleil sur mon balcon avec une bonne tasse de thé.
    On verra demain pour un autre programme.
    Belle soirée.
    Régine

    1. Oh quelle bonne idée de se mettre à la couture. Si longtemps que je n’ai ps sorti ma machine ! J’aimerai voir une photo de cette chemise de chanvre. avec des initiale brodées en plus, quel luxe, quel raffinement…
      Merci Régine de ta participation, porte toi bien…
      George

  2. J’essuie 10 jours de microbes chez mes pious … Aristide a eu une grippe qui me parut bien longue tant son teint devint blafard, la faiblesse de son corps si frêle ( monsieur Aristide pourrait encore porter du 8 – 10 ans si ses longues jambes d’adolescent de 13 ans et demi lui permettaient… ) me brisait le cœur. On aurait réellement dit un oisillon tombé du nid . Au bout de plusieurs jours il reprit le dessus . Alors , demoiselle Apolline s’en est venue avec cette vilaine maladie qui vide par en haut comme par en bas ce que le corps ne peut pourtant plus rendre … le lendemain je surpris mon papillon parti flâner alors que j’oeuvrais en pâtisserie dans ma petite boutique… je la sermonnai et lui ordonnai de regagner sa chambre au plus vite. Elle y retomba malade aussitôt pour 24 heures de plus… Aristide, la fuyant comme la peste , refusait de répondre à ses élans de tendresse et ce même le lendemain alors qu’elle paraissait avoir recouvré tout à fait sa santé ( son jeune frère au minois charmant attendrit toujours bien du monde , ce qui les fatiguent au plus haut point, lui , ses fossettes, son grand sourire et sa peau si fine …) , je riais un peu de lui et de sa réserve excessive : – tu peux tout de même poser les yeux sur elle , ce n’est pas ainsi que tu vas tomber malade !…
    En fait … il tomba malade durant cette même nuit … cela fait 5 jours , non qu’il soit encore pris de vomissements mais il est si fatigué… son teint était si blafard… il reste aujourd’hui encore bien pâle.
    Depuis ? Chaque symptôme de mes 2 enfants erre en moi comme un mauvais mal qui ne sait comment s’exprimer. J’ai tout et pourtant je n’ai rien. Ô ! Je ne suis guère de celles où ceux qui s’écoutent, d’ailleurs je suis un peu sourde , et chaque jour je m’esquinte sur mille travaux ménagers…
    Moi aussi , je veux reprendre mon journal, je veux reprendre ma correspondance pour mes chers , si lointain … mais aujourd’hui, moi qui suis arrivée au bout de mes soins pour mes enfants guéris, au bout de la liste ménagère que je m’étais fixée, et bien aujourd’hui, c’est moi qui semble être tombée du nid… clouée dans ce lit qui me paraît une embarcation laissée au gré des flots agités, je lutte pour ne pas être ensevelie sous ces maux que j’ai côtoyés 10 jours durant ! Mon journal restera page blanche alors que je noircis un peu le vôtre…
    Quel plaisir de lire que vous n’avez désormais plus aucune excuse et que ce temps libre par obligation sera consacré à si bon escient ! Utilisons nos forces quand elles y sont disposées! Rires. Amitiés.

    1. Chère Nini, Je me demandais ou vous étiez passé ces derniers jours ! J’espère que tout le monde va mieux chez vous, et vous voilà confinés maintenant.
      Quand on est au fond de son lit c’est le meilleur endroit pour écrire, même des bêtises ! et puis ça fait du bien de vider son sac. J’y travaille souvent le soir et m’endors au milieu des carnets et des crayons. Bon, avec votre énergie, je compte sur vous pour être en forme vite fait !
      Merci en tout cas pour ce beau et long commentaire, ce qui tend à prouvé que vous avez un potentiel certain en ce qui concerne l’écriture !!
      Je vous embrasse, prenez grand soin de vous…
      George

  3. Comme j’ai aimé lire ce billet, oui lire ce que j’aurais pu écrire de ma propre vie!
    Je vais suivre George votre progression et m’en servir de moteur, oui George emportez moi avec vous s’il vous plait!!!!!

    1. Merci Nathalie pour votre fidèlité et merci de vos commentaires enthousiastes. Cela me fait le plus grand bien !
      Prenez soin de vous, à très vite,
      George

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *