On m’appelle George
Je suis graphiste et free lance.
Je travaille pour des entreprises nationales et internationales très sérieuses
depuis de nombreuses années.

[Vous voulez voir mes références ?  c’est par là

Je m’intéresse à l’art, au dessin, à l’histoire, à la peinture
mais aussi à la littérature,
la mode, la photographie…
et tout ce qui a trait à l’art de vivre avec une prédilection
pour le siècle des Lumières, l’Art déco et les femmes artistes.

J’aime également les voyages et les cultures du monde,
faire des carnets de voyage, de la photographie.

J’essaie également de développer une ligne de papeterie créative.

 

Vous pouvez me retrouver sur Instagram
@un.dimanche.a.la.campagne


12 choses plus personnelles sur… moi

1 – je suis née en 1752… J’ai eu 20 ans en 1920…
2 – je suis graphiste et j’enseigne la communication visuelle et j’aime raconter des histoires.
3 – J’ai travaillé dans la décoration, la mode. Dans une autre vie j’ai été maquilleuse.
4 – je fais de la photo, du dessin, des collages, des miniatures et du cartonnage.
J’aime le papier, le tissus, l’encre et la colle. J’aime les livres et leur odeur.
5 – j’ai une passion pour le XVIIIe siècle, parce qu’il était léger, frivole, curieux et cultivé ; parce qu’il a inventé la liberté.  
6 – j’ai une passion pour les Années Folles, parce qu’elles étaient légères, frivoles, curieuses et créatives ; parce qu’elles ont inventé la modernité.

7 – je suis féministe, indépendante et, j’espère, responsable.
Je suis fascinée par les femmes artistes et leurs combats dans l’histoire.
8 – je suis gourmande et bourguignonne comme Colette.
9 – J’aime le monde des poupées et des miniatures, ma part d’enfance.
10 – J’adore Paris au mois d’aout et la campagne bourguignonne en toute saison ; La mer en hiver, le soleil à l’ombre.
11 – J’admire l’art de vivre des japonaises et envie leur élégance, la gracilité de leur corps, la retenue de leurs gestes et j’aime leur maison de papier.
12 – j’aime les dimanches parce que c’est presque les vacances. Parce que, on y prend le temps, que l’on y fait des choses inutiles et passionnantes.